80 % de l’architecture informatique de Santander bascule au cloud

Publié le 17/06/2022
80 % de l’architecture informatique de Santander bascule au cloud

20 milliards d’euros, c’est la somme nécessaire investie par Santander pour moderniser tout son programme. Cette réorganisation interne a permis de faire basculer 80 % de son architecture technologique bancaire essentielle vers le cloud. Les développeurs du groupe ont conçu des logiciels dans leur environnement pour arriver à cette migration informatique.

Les supports numériques, encore une fois, sont indispensables au développement des entreprises. Leur environnement est conçu spécialement pour configurer, tester et exécuter divers logiciels. À part les logiciels, d’autres outils d’exploitation sont aussi mis en avant. Ce sont par exemple, un navigateur web, un système d’exploitation ou encore une interface de programmation. La seule condition pour exploiter une Plateforme informatique doit être l’adéquation entre le code de programmation et ces logiciels.

À ce titre, une plateforme numérique est le support idéal pour développer n’importe quel programme informatique . Santander est un groupe financier qui a saisi cette solution numérique pour améliorer ses offres de service.

La révolution de Santander est en marche

En se basant sur les comptes du mois d’avril de l’année 2021, on constate que le groupe poursuit sa marche en avant. Cela est en partie dû à près de 60 % de son architecture qui a été élaboré hors site. À titre informatif, Santander est implanté dans plusieurs continents. Ce sont notamment l’Amérique du Sud, l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie. Les chiffres d’affaires en milliards de dollars témoignent de la bonne santé financière du groupe. Au moins 3,17 milliards de dollars sont à l’actif de l’entreprise déduits des bénéfices attribuables à hauteur de 8,4 milliards de dollars. Ces comptes sont extraits de l’exercice 2021.

Le dirigeant de Santander, Jose Antonio Alvarez, partage que :

Le nombre de clients du numérique était de 50 millions au cours du premier trimestre.

Jose Antonio Alvarez

Ces chiffres comparés à ceux de l’année dernière sont en augmentation de 10 %. Cette hausse se constate aussi sur les transactions digitales qui progressent de 50 %.

Un logiciel en interne pour développer avec le cloud

Le programme Gravity a servi comme logiciel pour remplacer le système financier du groupe. Grâce à cet outil, Santander pourra désormais mieux gérer :

  • Les opérations financières ;
  • Les transferts d’argent ;
  • Les prêts ;
  • Les dépôts ;
  • Etc.

Le responsable de la technologie et du développement, monsieur Dirk Marzluf affirme que :

Gravity est une grande aide dans la transformation de Santander en une entreprise native numérique.

Dirk Marzluf

Rendre meilleure l’expérience utilisateur des clients et proposer des plateformes internationales est l’objectif de Santander. Pour atteindre ce but, un fonds de 20,8 milliards de dollars a été prévu. Toujours selon Marzluf :

L’objectif de l’entreprise de devenir la meilleure plate-forme de services financiers ouverts se rapproche.

Dirk Marzluf

Un basculement vers le cloud qui prend du temps

En misant sur le cloud privé et public, Santander joue sur les deux fronts. D’un côté, le groupe utilise les service AWS, et d’un autre ceux de Microsoft Azure. Tandis que certains groupes financiers se contentent de l’ortie digitale. Ce sont notamment :

  • Lloyds Banking Group ;
  • Deutsche Bank ;
  • SEB en Suède.

HPE et Barclays Bank se prêtent main-forte pour exploiter la plateforme de HPE à savoir GreenLake ainsi que son cloud hybride.

Le redéploiement des récentes fonctionnalités devrait être facilité par le basculement sur le cloud. Ce dispositif d’exploitation du cloud se répercutera par la réduction des coûts selon Santander. Ainsi, ces applications seront plus facilement mises à jour aussi. Les effets se font déjà ressentir sur le coût énergétique de l’architecture informatique qui a baissé de 70 %.

Le projet intégral est prévu prendre fin à l’horizon 2024, si on s’en tient aux prévisions initiales. Toutefois, le responsable de la recherch,e Jon C Davies de TechMarketView, pense que :

Le voyage de Santander vers le cloud est encore long et surtout difficile à limiter.

Jon C Davies

Cet expert de la recherche prend en compte les divers aléas qui peuvent retarder ce projet de migration vers le cloud.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.