Digital Nomad & Future of Work

DevOps, un métier d'avenir

Publié le 30/11/2020
DevOps, un métier d'avenir

Le métier de DevOps, encore peu répandu dans l’Hexagone, a le vent en poupe notamment aux États-Unis. Mais cette notion ne s’arrête pas à la simple définition d’un poste dans le milieu informatique. Il s’agit d’une véritable philosophie, d’une culture qui tend à modifier tous les process et les organisations des infrastructures.

DevOps : qu’est-ce que c’est ?

DevOps Définition : développement et opérations

Au sens strict, DevOps est le terme qui désigne l’ensemble des tâches effectuées par les équipes en charge du développement d’une application (Dev) et par celles qui ont pour mission de développer l’exploitation des systèmes (ops pour opérations).

Plus largement, le DevOps combine des philosophies culturelles, des outils et pratiques qui permettent à une société de livrer des applications et services à une cadence élevée. Ce processus permet d’optimiser le travail des équipes ce qui, à terme, améliore le service et la compétitivité d’une entreprise. 

DevOps peut également désigner la personne regroupant à elle seule les compétences d’un développeur et d’un ingénieur système.

Une véritable philosophie 

Pour s’inscrire dans la culture DevOps, il est nécessaire de favoriser au maximum la communication entre les équipes de développement et les équipes d’opérations.

Certaines entreprises vont même jusqu’à regrouper ces groupes pour n’en faire qu’un. Il sera alors en charge de la totalité du cycle de vie des applications.

L’objectif pour l’ingénieur DevOps est donc de communiquer au maximum avec son équipe pour gagner en efficacité et améliorer la qualité des services proposés aux clients.

Les bonnes pratiques DevOps

Plusieurs pratiques permettent de s’inscrire dans la démarche DevOps et d'innover plus rapidement notamment grâce à l’automatisation et la normalisation des processus de développement de logiciel.

Réaliser des mises à jour moins importantes, mais plus fréquentes. Cela permet aux entreprises d’innover plus rapidement tout en limitant les risques liés à tous lancements comme les bogues.

Fractionner l’architecture des applications en plusieurs microservices. Chaque service est alors indépendant des autres permettant ainsi de gagner en rapidité et de limiter les coûts liés à l’exploitation de grands systèmes complexes.

Mais réaliser des mises à jour fréquentes et fractionner les services augmente considérablement le nombre de lancements. Pour pallier ce problème, les entreprises DevOps pratiquent l’intégration et la livraison continue permettant ainsi d’assurer des livraisons rapides, sûres et fiables. 

Toutes ces tâches sont automatisées au maximum. On appelle cela l’infrastructure du code qui consiste à gérer l’infrastructure informatique comme un logiciel, sans passer par un processus manuel. Les entreprises préfèrent généralement ne pas automatiser le déploiement, mais lorsque c’est le cas on dit qu’elles pratiquent l’intégration et le déploiement continu.

Les bonnes pratiques du modèle DevOps interviennent donc sur l’ensemble de l’environnement de production d’une application ou d’un service, de la conception au lancement en passant par le développement des opérations et la mise en production.

DevOps, métier d’avenir ?

Lorsqu’on occupe la fonction de DevOps, on cumule deux casquettes : 

  • celle du développeur qui crée des applications ;
  • et celle de l’administrateur qui a pour mission de la déployer et de l’exploiter.

La mission du DevOps consiste à créer des applications ou sites web selon un cahier des charges défini par l’entreprise puis à garantir le fonctionnement au moment de leur lancement, mais aussi tout au long de leur cycle de vie.

Faut-il une formation DevOps particulière ? 

Devenir DevOps suppose de suivre une formation de développeur informatique. Il existe des formations ou certifications DevOps qui permettent de se former efficacement à ce concept.

Le label attribué par le DevOps Institute valide les « DevOps formations » selon un cahier des charges préétabli par des leaders d'opinion reconnus.

Il est ensuite nécessaire de gagner en expérience sur le terrain au sein d’une équipe d’infrastructure, de s’essayer à l’administration système et à l’architecture logicielle. L’idéal serait ensuite d'évoluer vers un poste de chef de projet DevOps. 

Le métier de DevOps n’est pas encore très développé en France, mais cela ne saurait tarder. En effet, il s’agit d’un poste clé pour des entreprises en recherche constante de davantage de productivité et de fluidité dans leur organisation. En début de carrière, un ingénieur DevOps ou un consultant DevOps perçoit un salaire de 3 000 € brut.

Les outils utilisés 

Il existe de nombreux d’outils DevOps. En voici une liste non exhaustive :

  • Les outils de gestion de code source permettent aux équipes de travailler sur les mêmes données et de connaître toute modification. C’est le cas notamment de Git, Gitlab.
  • Les outils d’intégration continue et de déploiement continu qui permettent l’automatisation des tests lors de modifications de code source ou open source : Jenkins, GitlabCi...
  • Les conteneurs isolent l’application et tout ce qui la compose comme Docker ou RKT.
  • Les clouds providers permettent le stock de données : Azure DevOps (ou DevOps Azure), AWS
  • Etc.

Il est important de choisir les fonctions et donc les outils correspondants aux attentes, aux besoins des infrastructures et des équipes. 

Trouver des missions ou des profils DevOps

Le meilleur des moyens pour trouver des missions ou des profils DevOps est de passer par une plateforme de mise en relation entre freelances et entreprises.

Freelance Informatique regroupe plus de 100 000 profils sur l’ensemble du territoire français. Spécialisée dans les domaines IT et Tech, la plateforme propose régulièrement de nouvelles missions de DevOps grâce à son réseau exclusif de grandes entreprises.

L’inscription est gratuite pour les consultants indépendants et permet de recevoir par mail les nouvelles offres correspondant à son profil, de renseigner ses disponibilités directement sur son espace personnel en plus de ses compétences et formations.

La plateforme permet de postuler directement aux missions sélectionnées. Il est également possible de partager le profil créé sur la plateforme Freelance Informatique directement sur les réseaux sociaux (LinkedIn, Facebook, Twitter).

Les entreprises peuvent déposer des missions et consulter les CV des freelances. La plateforme peut également présélectionner des candidats en fonction des besoins et les proposer aux entreprises.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.