Les domaines d'expertise informatique

Comment gérer la performance financière d’une entreprise ?

Publié le 28/10/2021
Comment gérer la performance financière d’une entreprise ?

Si vous avez décidé de mettre en place un contrôle de gestion ou bien si vous être contraint pour la première fois de consolider vos comptes, un logiciel de gestion sera votre meilleur allié. Adapté à vos besoins et à votre taille d’entreprise, vous gagnerez en efficacité pour gérer votre performance financière. Passons en revue quelques domaines où les logiciels sont devenus des indispensables. Intéressons-nous ensuite aux divers métiers qui se consacrent à la performance financière des entreprises.

Les outils de gestion de la performance financière

Reporting, consolidation, planification… l’informatique s’est emparée de toutes vos problématiques pour vous aider à mieux y répondre. De façon générale, un logiciel de gestion de la performance financière favorise une vue globale sur les données financières et automatise tous les processus. Découvrons les principaux domaines dans lesquels les logiciels apportent d’innombrables bénéfices.

Le reporting financier

Vous devez créer des tableaux de bord, clairs, synthétiques et opérationnels pour votre reporting ? Pensez à vous équiper d’un logiciel de reporting pour automatiser vos travaux. Choisissez un outil de qualité pour gagner en productivité et en compétitivité. Avec ce type de logiciel, vous pouvez :

  • intégrer vos données ;
  • les mettre en forme ;
  • les visualiser ;
  • les diffuser.

Vos tableaux de bord sont personnalisés et des analyses multidimensionnelles sont même proposées dans certains logiciels plus étoffés. Petite ou grande entreprise, à chacune son analyse des données et son reporting. L’essentiel est de bien piloter vos performances pour être en mesure de prendre les meilleures décisions.

Cette possibilité d’automatiser les reportings constitue aussi un levier de croissance formidable pour les entreprises. À l’aide d’une seule plateforme, vous limitez les risques d’erreurs, vous dégagez du temps sur des tâches rudimentaires, vous êtes en mesure de fournir des rapports de grande qualité…

La consolidation financière

Avant de se pencher sur les logiciels de consolidation, arrêtons-nous un instant sur la notion de comptes consolidés. Votre activité s’est développée ? Des filiales ont intégré le groupe ? Pour avoir une vision d’ensemble de toute la situation économique et patrimoniale de chacune des entités, si vous avez atteint certains seuils, il faut obligatoirement prévoir la consolidation statutaire et légale de vos comptes. 3 techniques existent :

  • l’intégration globale par la société mère ;
  • l’intégration proportionnelle avec seulement une partie des comptes concernée ;
  • la mise en équivalence : la valeur des titres de la société mère est réévaluée en fonction de la quote-part des capitaux propres.

Désormais une simple consolidation n’est plus suffisante. Entre des structures d’organisation de plus en plus complexes et une pression des chiffres toujours plus importante, les directions financières doivent s’adapter et proposer un pilotage plus pointu.

Cela passe par du reporting systématique et une dimension collaborative accrue. Dans ce contexte, de nombreuses solutions de consolidation existent sur le marché, de la plus simple à la plus élaborée. En fonction de votre organisation et de vos activités, optez pour l’outil le plus adapté : il doit être une aide et non une usine à gaz ! Recourez à un éditeur spécialisé pour, en plus des fonctionnalités de base (automatisation, intégration, sécurisation, évolutivité…) :  

  • gérer l’analytique sur plusieurs axes ;
  • et faire de l’élaboration budgétaire et du dashboard.

Le contrôle de gestion et la planification financière

Le contrôle de gestion répond à un seul objectif : piloter la performance de l’entreprise. À partir des objectifs stratégiques fixés, son rôle est de mesurer et analyser les résultats. Sont-ils en adéquation ? Divers constats sont élaborés et des recommandations sont exprimées aux dirigeants. Pour pouvoir produire tout cela, le contrôleur de gestion a besoin d’outils fiables et pointus de pilotage, de planification et de communication. Voici les 6 outils indispensables à son activité :

  • les outils prévisionnels : la gestion prévisionnelle et la gestion budgétaire garantissent la pérennité de l’entreprise. Il s’agit ici de la planification financière à proprement parler.
  • La comptabilité générale : elle est le socle de la comptabilité analytique et elle permet de s’assurer de l’équilibre financier.
  • La comptabilité analytique : elle offre une vue détaillée de tous les départements de l’entreprise.
  • Le contrôle budgétaire : il confronte les prévisions et les réalisations et met en évidence les écarts.
  • Le tableau de bord : il permet de communiquer les indicateurs à la direction et favorise la prise de décision.
  • Le reporting financier : il rend compte d’une trésorerie équilibrée.

Les métiers clés de la performance financière

En fonction de la taille de l’entreprise, certains métiers seront représentés et d’autres non. Dans une PME, un DAF aura tendance à toucher un peu à tout tandis que dans un grand groupe, chaque domaine aura son expert. Faisons les présentations.

Le Directeur Administratif et Financier

Comme dit juste précédemment, son champ d’action peut varier en fonction de la taille de l’organisation. Mais demeure son rôle stratégique et central dans le pilotage de l’entreprise. Il ne se contente pas de contrôler les finances, il supervise aussi le service administratif et les ressources humaines. Il seconde souvent le directeur général. Ses principales missions sont les suivantes :

  • la production financière et comptable et sa coordination ;
  • le management du contrôle de gestion ;
  • la gestion de la trésorerie ;
  • les relations externes (commissaires aux comptes, banques, actionnaires…) ;
  • la validation des contrats.

Devant l’évolution des process des organisations, le DAF ou CFO en anglais (Chief Financial Officer) doit maîtriser l’intelligence artificielle et les data, être orienté business et gérer une équipe multitâche.

Le contrôleur de gestion

Il a une double mission : optimiser la rentabilité financière d’une entreprise et aider les directions à mettre en place une stratégie économique. En fonction de la taille de la structure, il sera soit rattaché à un directeur de service, soit au DAF. Plus en détail, voici ce que le contrôleur de gestion est amené à faire :

  • la construction d’outils de gestion et de suivi ;
  • l’analyse des coûts ;
  • la préparation budgétaire ;
  • l’élaboration de reportings ;
  • la surveillance des écarts constatés entre prévisions et réalisations.

Au-delà de ses compétences pointues en comptabilité, il doit être un bon communicant pour transmettre les informations nécessaires au pilotage de l’entreprise.

Le consolideur

    Autrement appelé expert en consolidation, comptable consolideur, chargé de consolidation, etc., sa tâche principale est comme son nom l’indique de consolider les états financiers d’une organisation. En fonction aussi de la structure de l’entreprise, ses missions peuvent varier. En étant le réceptacle de tous les documents comptables, fiscaux et financiers des filiales, il peut déterminer les périmètres de consolidation en cohérence avec la société mère.

  • Il décide du calendrier des consolidations de comptes.
  • Il est le principal utilisateur du logiciel de consolidation en y intégrant les données.
  • Il fournit les pièces justificatives aux commissaires aux comptes.

Au-delà d’être un technicien comptable plus qu’aguerri, il doit maîtriser les normes françaises et internationales IFRS, être un bon communicant et manipuler aisément de nombreux outils informatiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.