Les domaines d'expertise informatique

Les logiciels de gestion de la logistique

Publié le 26/10/2021
Les logiciels de gestion de la logistique

La logistique ne serait sans doute pas aussi performante et ses process aussi poussés sans les logiciels de gestion. WMS, MES, TMS… ça vous dit quelque chose ? L’univers de la logistique n’a pas échappé à la digitalisation et a su tirer profit de ces belles avancées pour améliorer ses organisations. Mieux collaborer, optimiser le stockage, planifier les opérations de transport sont quelques-uns des nombreux bénéfices de ces progiciels. Zoom sur les logiciels de gestion de la logistique les plus utilisés.

Les logiciels de gestion de la Supply Chain

Dans le domaine de la logistique, les intervenants sont nombreux : fournisseurs, acheteurs, transporteurs, logisticiens, responsables de stocks… tous ont besoin d’avoir accès à des données centralisées fiables et en temps réel.

La gestion des transports (TMS)

L’acronyme TMS signifie en anglais Transport Management System. Il désigne un progiciel dédié à la gestion des transports, qui automatise toutes les tâches liées et qui permet la traçabilité. C’est une vraie solution de pilotage pour rationaliser les activités de transport telles que la gestion de la flotte, la planification des livraisons, la facturation, etc.

Ces solutions ont trois fonctionnalités majeures :

  • L’analyse : le TMS aide à planifier les expéditions et les tournées pour gagner en efficacité. Le but est de tenir les délais et réduire les coûts. En ce sens, un TMS peut être considéré comme un outil d’aide à la décision.
  • Le suivi des tournées de transport : le TMS permet une gestion opérationnelle et tactique des transports (cf l’origine militaire de la logistique) depuis la planification jusqu’à la traçabilité des expéditions en passant par l’optimisation des chargements.
  • Le reporting : le TMS génère automatiquement des indicateurs de performance. Les tableaux de bord sont utiles à tous : exploitants, managers, direction.

Les logiciels de gestion d’entrepôt (WMS)

L’acronyme WMS signifie en anglais Warehouse Management System. Ce progiciel sert à optimiser la gestion des stocks au sein d’un entrepôt. L’entreprise connait ainsi parfaitement l’état de ses stocks, obtient une meilleure traçabilité de ses produits et peut aussi optimiser ses surfaces de stockage.

Le WMS gère non seulement les entrées et les sorties des marchandises, mais contrôle toutes les opérations de gestion des flux au sein de l’entrepôt.

Un WMS comprend de nombreuses fonctionnalités :

  • La gestion globale des activités dans l’entrepôt : stockage, mouvement et préparation.
  • La gestion de l’article : référence, libellé, type de conditionnement…
  • Le stockage : les articles, la quantité disponible, le réapprovisionnement (mode et date), les commandes.
  • La réception des marchandises.
  • La préparation de commandes avec les fonctions de colisage et de palettisation.
  • L’expédition : les marchandises sont contrôlées avant d’être expédiées et affectées au camion.
  • Le contrôle : cette fonction s’adresse surtout au gestionnaire de l’entrepôt en fournissant des indicateurs et des statistiques de fonctionnement et des inventaires. Les données générées servent à la réalisation de tableaux de bord.

Les logiciels de planification (APS)

L’acronyme APS signifie en anglais Advanced Planning System. Il désigne un logiciel de planification de la production qui va piloter tous les flux et aider à la prise de décision. Ses principales fonctions sont :

  • la simulation des planifications pour prendre des décisions adéquates ;
  • la gestion des priorités ;
  • la synchronisation des flux.

Le déploiement d’un APS recherche deux objectifs majeurs :

  • la réduction importante des coûts ;
  • l’amélioration de la qualité du service client.

Les logiciels de gestion des commandes (OMS)

L’acronyme OMS signifie en anglais Order Management System et se traduit en français par la gestion des commandes. Il désigne un logiciel dont le but est d’optimiser le cycle de vie d’une commande, depuis sa réception jusqu’à la mise à jour des stocks. Ces logiciels sont surtout destinés aux groupes détenant plusieurs sites et plusieurs canaux afin de modéliser l’ensemble. Concrètement, la solution reçoit les commandes depuis l’ERP et définit les ordres de préparation en fonction des ressources disponibles, des marchandises en stocks, des délais de transports, etc.

Les logiciels de gestion industrielle

Nous venons d’évoquer les logiciels les plus fréquemment rencontrés dans l’univers de la logistique et de la Supply Chain. Les entreprises et quelle que soit leur taille sont de plus en plus enclin à s’équiper de logiciels métiers. D’autres progiciels viennent donc compléter ce panorama, notamment dans le domaine de la logistique industrielle et de la manufacture.

La gestion de production (GPAO)

Cet acronyme signifie Gestion de la Production Assistée par Ordinateur. C’est un outil de gestion qui pilote l’intégralité de la production d’une entreprise, tout en communiquant avec la gestion commerciale, l’atelier et les fournisseurs. S’il existe des logiciels indépendants de GPAO, on retrouve le plus souvent ce module intégré à un ERP.

Voici ses principales fonctionnalités :

  • La gestion des nomenclatures et des gammes : les coûts de revient sont calculés avec précision grâce aux opérations de sous-traitance. Les ordres de fabrication sont lancés en fonction des capacités de l’atelier.
  • Le pilotage de la chaîne de production : des tableaux de bord permettent le suivi des encours de production. Les temps de fabrication et la qualité sont strictement contrôlés.
  • Le contrôle de la qualité : tous les lots sont tracés. Toutes les étapes dites critiques sont contrôlées.
  • L’optimisation du calendrier de production en fonction des capacités.
  • L’optimisation des stocks : les demandes d’achats sont anticipées grâce aux matières premières consommées et aux mouvements de produits finis.

Le logiciel de GPAO joue donc un rôle majeur sur trois niveaux :

  • le schéma directeur de production ;
  • le calcul des besoins nets ;
  • la gestion opérationnelle de l’atelier de production.

Logiciel adapté à toutes les tailles d’entreprise et à tous les secteurs industriels, disponible en SaaS ou déployé sur site, la GPAO peut être complétée par les fonctions MRP et MES.

Le pilotage de la production (MES)

Cet acronyme anglais signifie Manufacturing Execution System et pourrait se traduire par la gestion des processus industriels. Apparu dans les années 80/90, il désigne un logiciel qui contrôle les systèmes de fabrication et les flux complexes dans les ateliers. Ses objectifs sont de garantir la bonne exécution des opérations de fabrication et d’améliorer le rendement de la production.

L’outil se charge donc de collecter en temps réel les données de production émanant d’une usine ou d’un atelier. On peut parler de couche fonctionnelle supplémentaire située entre l’ERP et la partie opérationnelle pour fiabiliser la fabrication. Avec ce type de progiciel, toutes les actions sont digitalisées et les opérateurs ne peuvent plus s’en passer.

La planification des ressources de production (MRP)

Cet acronyme anglais signifie Materials Requirement Planning et désigne une solution de gestion qui aide les fabricants à prévoir la nature, le moment et la quantité nécessaire de matériaux. Ses 4 grandes fonctionnalités sont :

  • le calcul des matériaux et des quantités ;
  • la planification ;
  • le contrôle d’atelier ;
  • l’analyse des performances.

Il est important de ne pas confondre ERP et MRP. Si un ERP est réputé pour tout faire dans l’entreprise, en rationalisant les tâches et les processus, un MRP se cantonne aux processus de fabrication.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.