Un service de partage de fichiers volumineux est en cours de test au sein du ministère de la Culture

Publié le 21/03/2022
Un service de partage de fichiers volumineux est en cours de test au sein du ministère de la Culture

Le ministère de la Culture et la Direction interministérielle du numérique expérimentent actuellement France Transfert. Un service hébergé chez Outscale destiné à se substituer aux solutions comme Swiss Transfer. Avec une utilisation réservée au personnel du ministère susmentionné, il peut servir à l’envoi des fichiers de grande taille. Sur la nature de ces derniers, les exécutables ne pourront pas être téléversés.

Pour les professionnels de l’informatique en freelance, la recherche de mission compte parmi les principaux problèmes auxquels ils sont confrontés. D’ailleurs, de nombreuses personnes hésitent à se lancer dans ce dispositif pour cette raison. Pourtant, plusieurs solutions permettent de franchir plus facilement cette étape. Parmi elles se trouve notamment le passage par une Plateforme informatique. En effet, les sites comme freelance-informatique aident leurs affiliés en présentant leurs projets à des entreprises membres de leur réseau.

Autre problème qui concerne plus généralement le monde de l’informatique : le transfert de documents pesants. Non supportés par les courriers électroniques, ils requièrent généralement l’utilisation de solutions nuagiques en dehors de l’Union européenne.

L’accès au service fait l’objet de quelques limitations

Parmi les plus connus d’entre ces services Cloud, l’on citera :

  • Celui développé par l’entreprise suisse Infomaniak, Swiss Transfer ;
  • L’américain WeTransfer.

Des sociétés peuvent également mettre en place des services privés. Cependant, la majorité s’appuie sur des technologies ou même des serveurs en nuage extra-européens. Pour les administrations, il s’agit d’un problème inadmissible. En conséquence, la Direction interministérielle du numérique a démarré le projet France Transfert. Au ministère de la Culture, une première expérimentation de cet outil est menée à l’heure actuelle. L’accès au service est fermé pour les communications privées entre fonctionnaires et au grand public. Pour en profiter, l’usager doit en effet obtenir une adresse émise par le ministère de la Culture. Uncode à usage unique sera rattaché à celle-ci. Valide pendant dix minutes, il sera exigé lors de la validation du téléchargement.

Jusqu’à 20 gigaoctets de fichiers pourront être envoyés

Par ailleurs, les conditions d’utilisations soulignent que pour l’heure, le service n’est pas fiable pour envoyer des fichiers sensibles. Si un signalement est fait, il peut confisquer un document. De surcroît, des poursuites disciplinaires utiles face à l’utilisation détournée du service peuvent être engagées.

France Transfert peut supporter l’envoi de fichiers présentant un volume de 20 gigaoctets vers un ou plusieurs destinataires. L’identité de l’émetteur est révélée à chacun de ces derniers. Le service est hébergé dans le serveur nuagique de la société francilienne Outscale et a été élaboré enAngular.js.

Sur le format des fichiers téléversés, il n’existe aucune véritable restriction. Néanmoins, ceux détenant l’extension .exe seront bloqués. Sauf configuration spéciale, le stockage est limité à un mois complet tout au plus. Il prend également fin lorsque l’ensemble des destinataires ont finalisé le téléchargement. Dans l’éventualité d’une erreur, entre autres, l’expéditeur a aussi la possibilité d’amorcer la suppression anticipée des documents. Dans la plupart des cas, les services semblables à France Transfert ne proposent ce type de fonctionnalité.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.