L’Europe veut s’impliquer davantage dans la fabrication mondiale de semi-conducteur

Publié le 02/05/2022
L’Europe veut s’impliquer davantage dans la fabrication mondiale de semi-conducteur

Intel vient d’annoncer un énorme plan d’investissement sur le sol européen. La première phase de celui-ci est estimée à 33 milliards d’euros. L’Irlande a décroché une bonne part de cette somme, avec 12 milliards d’euros. De son côté, l’Allemagne s’est vu attribuer une fraction davantage conséquente de ce budget, avec 17 milliards d’euros.

L’Union européenne (UE) compte devenir un acteur plus important dans la production des semi-conducteurs. En ce sens, elle ambitionne de gagner 20 % du marché des puces électroniques à l’échelle du globe en 2030 . Début février dernier, un plan de 43 milliards d’euros animé par cet objectif a été dévoilé.

Durant les huit prochaines années, la poursuite de ce but devrait s’accompagner par des créations d’emploi dans divers domaines. Elle profiterait notamment aux consultants IT. Pour voir les opportunités qui s’ouvriraient, ces experts peuvent utiliser les plateformes de missions comme Freelance Informatique . À noter que ces sites, qui rassemblent un large panel d’entreprises facilitent la recherche d’offres d’emploi.

Intel prépare un investissement d’envergure sur le Vieux Continent

Dans le sillage de ce projet de l’UE, Intel a effectué une annonce déterminante le 15 mars 2022. La firme californienne a présenté un plan d’investissement historique afin de fabriquer des semi-conducteurs sur le Vieux Continent. Son budget pourrait s’élever à 80 milliards d’euros sur la décennie . La première étape de ce plan est évaluée à 33 milliards d’euros, qui profiteront en partie à la France. Intel entend installer sur le plateau de Saclay, à proximité de Paris son principal hub européen :

  • De R&D ;
  • De design des puces de l’enseigne.

Le groupe précise que l’Hexagone est voué à devenir son quartier général en Europe pour les capacités :

  • D’intelligence artificielle (IA) ;
  • De conception de Calcul haute performance (HPC).

Un projet dont l’accomplissement entraînerait la création de plusieurs milliers de nouveaux emplois de haute technologie, dont 450 d’ici deux ans. Le montant de l’enveloppe dont celui-ci est doté reste pour le moment inconnu.

Des investissements en recherche et développement sont aussi en préparation en Pologne et en Espagne. Par ailleurs, Intel négocie actuellement pour ériger une usine de production finale en Italie. Le coût de ce projet, qui créerait 1 500 emplois, s’établirait jusqu’à 4,5 milliards d’euros .

Deux fabs d’Intel seront implantés en Allemagne

La part la plus importante de la première phase d’investissement reviendra à l’Allemagne, et plus précisément à Magdebourg . Cette ville a été désignée pour accueillir deux usines de fabrication de dernière génération. Selon Robert Habeck, ministre allemand du Climat et de l’Économie, cette décision :

Montre que l'Allemagne est attractive pour les innovations et les investissements.

Robert Habeck

Pour information, le plus grand écosystème européen de puces électronique se trouve dans ce pays, avec notamment Infineon et Bosch .

Ces unités constitueront le second point d’appui de la fabrication de puces du groupe sur le Vieux Continent. Le premier, qui a été lancé en 1989 se situe en Irlande.

Le site germanique coûtera 17 milliards d’euros et devrait fabriquer les semi-conducteurs les plus sophistiqués d’Intel pour l’Europe . Colossal, cet investissement génèrera plus de 3 000 nouveaux salariés. Ceci en sus des postes se rapportant à la mise en place et à la chaîne de ravitaillement durant son fonctionnement.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.