Quel avenir pour le marché du travail ?

Publié le 15/01/2021
Quel avenir pour le marché du travail ?

Le marché de l'emploi n'a jamais été aussi déroutant. Il ne cesse d'évoluer, influencé tant par les impératifs d'un secteur économique implacable, que par la nécessité d'accorder la demande à l'offre. La question de l'avenir du travail ne date pas d'aujourd'hui, mais elle est beaucoup plus présente et exige des réponses claires. Pour cela, il faut arriver à saisir le fond du problème et à mettre le doigt sur les vrais enjeux. C'est aussi le lieu d'évaluer le rapport entre l'entrepreneuriat et le salariat qui mène à une opposition freelances vs salariés. Puisqu'on parle de mutations du travail, il est aussi nécessaire d'évoquer les métiers d'avenir qui marqueront le paysage de l'emploi.

Le travail : un concept appelé à évoluer

Le travail a toujours été le reflet de son époque. De la révolution industrielle du 19e siècle jusqu'à la révolution informatique qui s'est produite à l'orée du 21e siècle, de profonds changements sont intervenus.

Si on pouvait dans le temps se contenter d'une routine qui considérait le travail comme une simple source de revenus, de nos jours, la réalité est toute autre.

En effet, le travail est beaucoup plus perçu comme un mode de vie. L'employé devenu collaborateur, souhaite trouver du sens dans son travail et veut surtout s'épanouir dans un environnement de travail dans lequel son bien-être est pris en compte.

Qu'est-ce qui a donc changé ? Est-ce le profil de ceux qui sont à la recherche d'un emploi ou le concept du travail en lui-même ? La réponse c'est « un peu des deux ».

Pourquoi ? Pour la simple raison que les entreprises ont compris que leur succès dépendait en grande partie de la place qu'elles donnent à leurs salariés. Cela a logiquement amené à l'émergence de nouvelles formes d'emploi qui sont très fortement influencées par la digitalisation du travail.

Le travail à l'ère du numérique

C'est peu de dire que le numérique a eu un impact sur le marché du travail. Il a non seulement apporté une nouvelle approche du travail, mais en a aussi redessiné les contours.

Cela part du recrutement qui s'opère de plus en plus via des plateformes de recrutement spécialisées, jusqu'à l'organisation du travail qui a largement évolué. Cette organisation n'est plus seulement axée sur la productivité, mais plutôt sur un rendement basé sur l'optimisation de la gestion des ressources humaines.

En outre, avec l'apport des nouvelles technologies, le collaborateur n'est plus tenu d'exécuter les tâches qui lui sont assignées uniquement en présentiel. Il lui est loisible de s'affranchir de cette contrainte grâce au travail à distance.

Si les startups ont largement contribué à l'essor de nouveaux modes de travail, les grandes entreprises et les multinationales commencent aussi à les intégrer. Il y a par conséquent une émulation qui consacre le succès d'un management plus sensible aux besoins des collaborateurs.

La digitalisation des entreprises a aussi fortement modifié les espaces de travail qui, tout en restant fonctionnels, sont devenus beaucoup plus conviviaux.

Il est ainsi plus facile de s'y épanouir, sans pour autant perdre en productivité. La recherche de cet équilibre fait partie des défis auxquels les entités sont confrontées aujourd'hui.

Quand la digitalisation impose de nouvelles normes

La maîtrise des outils digitaux est un élément qui se révèle particulièrement décisif sur le marché de l'emploi. Cela est d'autant plus vrai pour les travailleurs indépendants qui du fait de leur statut, ont la possibilité de s'occuper de plusieurs projets à la fois.

On parle là de travailleurs multi-activités qui n'ont pas forcément d'engagements avec des entreprises au sens classique du terme, mais plutôt avec des clients.

Les rencontres s'opèrent très souvent sur des plateformes de mise en relation sur lesquelles les professionnels peuvent trouver des missions correspondant à leur profil. Les tâches sont aussi plus précises, ce qui permet de mieux cibler les compétences qui s'y rapportent.

Cette forme de travail a l'avantage d'étendre le champ des opportunités pour les freelances qui peuvent plus facilement diversifier leurs revenus. Mais cela suppose aussi une expertise avérée dans un ou plusieurs domaines, ce qui révèle le besoin de se former en continue pour correspondre aux attentes des employeurs.

La transformation digitale a aussi mis en avant le concept du portage salarial, une forme de travail qui valorise les professionnels qui aiment travailler tout en gardant leur autonomie.

Toutefois, au vu de la dynamique du marché du travail, certains profils perdent de leur intérêt au profil de métiers porteurs d'avenir. Quels sont-ils ?

Les métiers d'avenir

S'interroger sur l'avenir du marché du travail, c'est aussi faire le point sur les métiers de demain. Nés des mutations du travail, la majorité de ces métiers sont aussi une conséquence de la transformation digitale.

Ils sont donc sans surprise très liés au digital. On parle ici de métiers du numérique qui portent sur la création d'outils digitaux, sur la communication, mais aussi sur l'analyse des données.

Développement web

Le développeur web se positionne comme un acteur majeur sur l'échiquier numérique. Chargé de créer des applications, des logiciels et des sites internet, il permet aux entreprises et aux marques d'imposer leur image en ligne.

Métiers du web

Outre le développement web, on compte d'autres métiers d'avenir informatique, notamment le webdesign et le référencement web. Le webdesigner s'occupe principalement de l'identité visuelle d'une entreprise.

Quant au référenceur web, il prend en charge la création de contenus dans le but d'améliorer le positionnement d'une marque sur les moteurs de recherche et les différents médias sociaux.

Les métiers de la data

La data est considérée comme l'or noir du 21e siècle et cela à raison. En effet, toutes les données générées sur Internet sont de précieuses informations qui se revendent à prix d'or. Mais une chose est de disposer de ces données et une autre est d'être en capacité de les utiliser.

Pour cela, il faut au préalable en faire une analyse pour isoler ce qui est vraiment important de ce qui ne l'est pas. C'est pour cela qu'il y a un intérêt croissant pour les data scientists dont le rôle est essentiel dans l'exploitation du big data et le développement de l'intelligence artificielle.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.