La semaine de quatre jours de travail se révèle encore peu courante pour les employés français

Publié le 15/06/2022
La semaine de quatre jours de travail se révèle encore peu courante pour les employés français

Le numéro un mondial des solutions de Ressources Humaines ADP vient de présenter son « People at work 2022 ». Ce rapport contient les résultats d’une enquête réalisée auprès de 33 000 individus issus de 17 pays différents. Une large proportion de Français se dit prête à passer à la semaine de travail de quatre jours, annonce-t-il.

Après l’application de la semaine de 35 heures de travail depuis 2000, celle de quatre jours semble tenter les employés. Toutefois, d’après une étude d’ADP, 5 % des sociétés françaises recourent jusqu’à présent à ce dispositif . Près de deux sur dix d’entre elles ont pour leur part adopté une politique d’emploi souple (19 %).

Par rapport à ce sujet, l’on attirera l’attention sur l’intérêt pour les spécialistes de l’informatique de devenir freelance . Opter pour cette forme d’emploi permet en effet de profiter d’une liberté pour définir son rythme hebdomadaire à sa guise. Ce qui offre l’avantage de pouvoir prendre une journée pour s’occuper de ses enfants, par exemple.

Une plus grande flexibilité au travail est désirée par les employés

Le sondage d’ADP souligne que l’établissement d’accords de travail plus souples profite aux entreprises. Il pourrait leur apporter des atouts sur le plan de la fidélisation de leurs salariés et de l’embauche , dévoile-t-il. D’autant plus qu’en 2021, 57 % des employés tricolores ont songé à changer complètement de profession, pour :

  • Se lancer dans l’entrepreneuriat ;
  • Partir en congé sabbatique ;
  • Se reconvertir dans une autre branche d’activité.

Parmi ces sondés se trouvent 72 % des personnes de 18 à 34 ans. Le président d’ADP France et Suisse, Carlos Fontelas De Carvalho, commente que depuis la crise sanitaire :

[…] La liste des attentes des collaborateurs concernant leur environnement de travail est en constante évolution : nous savions que le salaire et la sécurité de l’emploi étaient des facteurs de motivation essentiels, rejoints désormais par la flexibilité.

Carlos Fontelas de Carvalho

Un quart des employés français (27 %) se déclarent prêts à diminuer leur paie pour une vie personnelle-professionnelle plus équilibrée. Les branches d’activité les plus favorables sont composées de celles de l’immobilier, de l’information des médias et de la finance.

Le dispositif est très souhaité dans l’hôtellerie

Carlos Fontelas de Carvalho ajoute que les employés tricolores se réjouissent en grande partie de leur travail actuel . Il soutient toutefois que le fait que la plupart aient envisagé une reconversion drastique de poste est tenu d’ :

[…] Interpeller et pousser les employeurs à réfléchir aux meilleurs modèles pour leurs organisations.

Carlos Fontelas de Carvalho

Le basculement à la semaine de quatre jours de travail (contre cinq aujourd’hui) est particulièrement apprécié par :

  • Les 25-44 ans (67 %) ;
  • Les femmes (66 %) ;
  • Les parents (69 %).

Les secteurs d’activité les plus favorables sont constitués :

  • De l’information et des médias (69 %) ;
  • De l’industrie (69 %) ;
  • Du tourisme et de l’hôtellerie (76 %).

Plus généralement, 64 % des travailleurs français désireraient profiter d’une organisation plus souple dans leurs horaires de travail. Et ce, avec la possibilité de les comprimer sur une semaine de quatre jours. À la mesure de l’année 2019, cette part a progressé de 4 points .

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.