Pourquoi les entreprises ont de plus en plus recours aux travailleurs indépendants ?

Publié le 14/06/2021
Pourquoi les entreprises ont de plus en plus recours aux travailleurs indépendants ?

On le déplore souvent : la France étouffe sous la culture du CDI, véritable graal des stagiaires et des jeunes diplômés. Si la crise sanitaire a marqué une augmentation significative du nombre de créations de microentreprises (+15,4 % en février 2021 par rapport à février 2020, source INSEE), le travail indépendant n'a pas encore atteint son plein potentiel et le nombre d'indépendants autoentrepreneurs reste relativement faible par rapport à la masse des salariés.

Quels sont les avantages pour les entreprises de faire appel à des consultants freelances ? En quoi consistent ces métiers ? Comment vont-ils évoluer dans les prochaines années ?

Une vraie révolution dans le recrutement des talents

Que ce soit dans une entreprise classique ou dans un cabinet de conseil, le circuit habituel de recrutement consiste à publier une annonce sur le web pour un "consultant IT junior", un "consultant IT entreprise" ou un "technicien informatique".

Au bout de plusieurs entretiens, le profil est validé et le candidat débute sa mission, en interne ou en externe. Les délais sont souvent longs et les processus contraignants : une entreprise opérant dans les systèmes d'information et technologies fonctionne systématiquement en mode projet, avec des besoins urgents et des cycles courts de type méthodes agiles. Elle recherche des profils experts, disponibles rapidement, pour des missions informatiques spécifiques.

Les contrats de travail indépendants permettent justement à ces profils de se présenter aux clients en étant rapidement opérationnels, sans passer par les étapes de signature d'un CDI. N'étant pas comptabilisés dans la masse salariale, ces contrats sont aussi plus intéressants d'un point de vue fiscal pour les entreprises.

Métier de consultant informatique

Le terme peut sembler vague, et pourtant il recouvre une réalité de plus en plus présente. Un consultant en informatique peut avoir un profil technique (technicien supérieur, ingénieur) ou généraliste (chef de projet).

En fonction des missions proposées, il peut coder un programme, développer un robot qui permet de fiabiliser un processus tout en réduisant les coûts, gérer le budget d'un projet comprenant des multiples ressources, conseiller un client pour le déploiement d'un nouveau logiciel, effectuer des études d'opportunité, travailler à la dématérialisation des parcours client ou encore mettre en conformité une société avec une nouvelle réglementation française ou européenne. C'est particulièrement le cas dans les établissements bancaires et financiers.

Pour un consultant IT le salaire varie entre 35-45 k€ en début de carrière. Pour un directeur technique les offres sont beaucoup plus élevées : autour d'une centaine de k€ selon la séniorité et la technicité du domaine.

Un secteur diversifié en pleine expansion

Le travail indépendant, une tendance déjà en place…

L'une des tendances actuelles de fond est la transition énergétique : ainsi, les profils de consultants en green IT sont de plus en plus recherchés. Alléger la consommation d'énergie des ordinateurs et serveurs, lutter contre l’obsolescence programmée du matériel, réduire les déchets ... les missions sont variées et nécessitent une véritable connaissance des enjeux informatiques et écologiques.

L'intelligence artificielle et le Big Data, qui reposent sur la maîtrise du langage Python, représentent une proportion importante des profils recherchés. Les cas d'usage sont très variés, de l'analyse des corrélations et donc de la prédictibilité à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Les études s'accordent pour affirmer que la robotisation va exploser, entraînant une concentration sur les tâches à forte valeur ajoutée et donc une suppression progressive des traitements manuels.

On estime que 8,5 % des personnes travaillant dans l'informatique sont indépendants auto entrepreneurs, avec leur propre société d'exercice libéral (microentreprise, EURL, SASU ...). Cela représente près de 31 100 personnes, soit 8,5 % du secteur total (sources : lesjeudis.com). Certains freelances ont recours à une société de portage salarial : cela leur permet d'évoluer au sein d'un réseau de consultants et de limiter le démarchage commercial des clients, tout en déléguant certaines tâches administratives fastidieuses.

Le poids de l'informatique est de plus en plus important au sein de l'économie française, et la crise sanitaire a encore accéléré le phénomène de digitalisation, créant ainsi de nouvelles opportunités tous secteurs confondus.

Voici les 10 fonctions les plus recherchées actuellement : développeur, webmaster, webdesigner, expert en référencement, chef de projet web technique, Traffic manager, ingénieur en recherche et développement, spécialiste du Cloud Computing, consultant en web analytique et expert en cybersécurité.

Pour tous ces postes, les entreprises peuvent faire appel à des freelances en étant assurées de trouver les meilleurs profils, aux meilleurs tarifs et disponibles rapidement. Cela garantit la finalisation des projets dans les délais impartis, limitant ainsi les coûts de lancement et de maintenance associés.

Certains consultants freelance restent longtemps dans une entreprise, se rendant parfois indispensables tant ils en connaissent bien l'écosystème. Ils choisissent alors de se faire recruter en interne ou d'exercer plusieurs missions en parallèle en utilisant au mieux leur réseau professionnel qu'ils ont étoffé au fil des années.

L'idée du travail indépendant fait progressivement son chemin. Les générations Y et Z, surreprésentées dans l'informatique, y trouvent la flexibilité qu'elles souhaitent car le statut de freelance leur permet de changer fréquemment de mission et de monter en compétence dans des domaines intéressants et rémunérateurs. Les entreprises clientes sont satisfaites de l'expertise et de la disponibilité des profils.

… Et qui ne va pas s’arrêter de prendre de l’ampleur

Qu'il s'agisse de consultants indépendants, de consultants en portage salarial ou de consultants salariés d'un cabinet de conseil, ils sont capables d'apporter un savoir-faire unique, souvent absent en interne, et de le déployer au sein des équipes et des systèmes d'information dans le respect de la culture d'entreprise.

Une véritable révolution est à l'œuvre dans le monde du travail, avec une définition beaucoup plus ciblée des postes et des missions, en lieu et place d'un CDI "au forfait" qui peine à satisfaire les entreprises comme les employés. L'Europe suivant la tendance des pays anglo-saxons en la matière, cette tendance devrait se confirmer dans les prochaines années.

La course à la qualité des profils les plus pointus et les plus recherchés va s'intensifier : ceux-ci seront à même de négocier avantageusement leurs taux journaliers moyens et leur périmètre d'intervention, profitant ainsi pleinement de leur statut d'indépendant.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.